Interview de Joachim Garraud

[Interview] Joachim Garraud, un des pères fondateurs de l’electro !

[Interview] Joachim Garraud, un des pères fondateurs de l’electro !
[Interview] Joachim Garraud, un des pères fondateurs de l’electro !
5 (100%) 1 vote

C’est un grand honneur qui nous est accordé aujourd’hui, car Joachim Garraud est un des acteurs majeurs de la naissance de la musique electro en France ! Il a gentiment accepté une interview de notre part et nous a répondu non pas par écrit mais par fichier audio de plus de 10 minutes ! :). Mais ne vous inquiétez pas on vous a tout retranscrit ci-dessous : rencontre avec un personnage expérimenté et passionné !

Bonjour Joachim, nous on te connait bien mais peux tu te présenter pour tous les petits jeunes du blog ?

Je m’appelle Joachim Garraud, je suis un amoureux de la musique électronique, passionnée de tout ce qui est Djing, de matériel et de production musicale depuis tout jeune, depuis l’âge de 16 ans. J’ai eu la chance de produire pas mal de titres dans ma vie et d’avoir une formation classique de musique au conservatoire qui m’a aidé un peu à avancer un peu plus dans la musique et combinée avec une passion pour la technologie, ça m’a permis de défricher un peu ce métier. Donc je fais parti des dinosaures (rires) de ce métier mais toujours passionné par la musique électronique.

Tu as fait parti des “papa de la techno” en France aux côtés de Laurent Garnier et Jean Michel Jarre, est-ce que tu réalises vraiment de faire parti de l’histoire de ce genre musical ?

(Rires) Pas vraiment, ça fait toujours bizarre de dire qu’on fait parti de l’histoire car ça veut dire qu’on fait parti du passé. Mais c’est vrai que j’ai eu de la chance de vivre de ma passion. C’est surtout ça qui est le plus chanceux dans ma vie, c’est d’avoir fait tous les jours quelque chose que j’aime et d’avoir démarré ce métier bénévolement. Il faut dire que lorsque j’ai commencé ce métier, ça coûtait même de l’argent car il fallait acheter des disques, mettre de l’essence dans la mobylette pour aller faire les soirées, acheter du matériel etc… tout ça, ça coutait très très cher à l’époque et c’était difficile un peu, parce qu’on était pas payé et c’était du bénévolat et même plus que ça, car ça me coutait de l’argent donc j’ai été obligé d’avoir des petits jobs à côté pour me permettre de me payer cette passion de la musique. Donc, c’est vrai que la plus grande chance que j’ai, c’est d’avoir réussi à convertir cette passion en toujours une passion qui m’anime tous les jours mais qui en plus m’a permis de rester dans cette chose musicale et de pas avoir à chercher d’autres emplois, donc c’est vrai que c’est une chance énorme.

Comment vois-tu la génération actuelle (souvent 100% numerique-native) ? Des artistes actuels dont tu es fan ?

Ben la nouvelle génération a démarré avec l’ordinateur, donc c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses qui sont innées chez eux, c’est vrai que c’est une chance énorme de pouvoir composer aujourd’hui avec un ordinateur. Donc c’est vrai que le budget aujourd’hui est très très très réduit par rapport à il y a 20 ans. Quand j’ai commencé, il fallait un ingénieur du son, un arrangeur, des musiciens, louer un studio d’enregistrement avec une table de mixage de 10 mètres (rires) de long, une maison de disque, un distributeur, un producteur, un réalisateur… (rires) enfin, c’était carrément mission impossible pour sortir un disque. Aujourd’hui tout le monde peut faire un track sur son laptop et le mettre ensuite sur iTunes ou Beatport immédiatement. Donc, c’est sûr, c’est beaucoup plus facile aujourd’hui pour la nouvelle génération de s’exprimer. Après ce qui est compliqué, c’est que du coup il y a beaucoup de monde qui s’exprime et qu’il faut sortir du lot. Et ceux qui sortent du lot, sont souvent des gens qui ont des connaissances musicales ou des parcours un peu différent de ceux de leurs voisins.

Dans les artistes dont je suis fan, j’aime bien Gesaffelstein, j’aime bien l’album, je trouve le son super et le personnage sympa.

joachim garraud bob sinclar martin garrix

Tu as été très actif dans le milieu avec des concerts dans des lieux fantastiques, collaboré avec des artistes de renommée mondiale, comment arrives-tu à ne pas te sentir blasé avec le temps ? Qu’est-ce qui te tire vers l’avant ?

Il doit y avoir un problème dans la question là (rires) (nldr : on avait zappé le mot ‘dans’, oh ça va, ça va….mdr ). Ce qui me tire vers l’avant c’est la passion, qui est le moteur qui te donne envie de continuer, d’apprendre des choses dans ce métier, de tenter les aventures, de partager cette passion avec le plus grand nombre, avec des gens qui sont passionnés aussi, de créer un forum , prendre le temps de discuter et échanger des points de vue, essayer aussi de transmettre tout mon savoir-faire et mon amour de la musique pour cette génération. J’ai toujours essayé d’être un peu le ‘grand frère’ qui va donner des conseils pour le petit frère pour lui aussi faire de la musique, vivre de la musique, être DJ, producteur, donc voilà un peu mon secret. Il n’y a pas trop de secret en fait, à partir du moment où on est passionné, je pense que tout est beaucoup plus facile et on est beaucoup plus fort aussi, car on ne compte pas ses heures, on a pas l’impression de vraiment travailler. Car c’est une chance de se dire que j’ai jamais eu vraiment l’impression de travailler de ma vie, je me suis toujours amusé, je me suis toujours investi dans les choses qui me passionnaient et donc au final, c’est ce qui fait la longévité d’une carrière.

Quels sont tes projets en cours ou à venir ? Envisages-tu de nouvelles collaborations avec d’autres artistes ?

J’ai un nouvel album que je suis en train de finir en ce moment. Là je suis en train de vous parler, je suis au studio, je fais une pause. J’ai presque fini, il me reste encore 2/3 semaine pour finir l’album, y’a peut être 12 ou 14 tracks. Je suis hyper fier de cet album, je me suis enfermé depuis le 1er Janvier et aujourd’hui on est le 5 avril, donc ça fait presque 4 mois que je suis replié sur moi-même. J’ai juste fait un concert à Paris récemment, mais sinon j’avais fait très très peu de sorties pour me concentrer sur cet album. Et je suis très content de la couleur artistique, très content du son et surtout très content de la production car c’est vraiment un album où je donne tout de moi. Donc c’est un album qui devrait sortit avant l’été 2015 et dans les collaborations, j’ai des collaborations qu’avec des gens que j’aime et qui ont du talent. C’est surtout pas des gens que j’ai choisi pour leur nom, j’ai pas choisi de faire du “name-dropping”, c’est à dire “ah il faut faire un duo avec tel fille car elle a 28 millions de fans sur facebook” ou alors ” il faut faire tel duo avec ce dj car il est bien classé dans le top 100″(nldr: top 100 djmag)… non franchement j’ai fait des duos avec qui j’aime travailler et qui ont du talent : voila ! Il y a par exemple Chris Willis qui est un chanteur exceptionnel (Nldr:il avait travaillé pour Guetta), on avait fait un titre qui s’appelait “don’t cry” et je suis tellement fier de ce titre, car il y a toute la tendresse, toute la sensibilité, qui est dur, qui est en même temps electro/techno et en même temps c’est chanté, il chante incroyablement dessus avec tellement d’émotion et je trouve que tout ce mélange-là fonctionne bien.

Il y a d’autres collaborations sur cet album que je suis en train de finaliser, il y a un rappeur qui est en floride à Miami qui s’appelle Rey Fonder avec qui je m’entends très très bien, qui a une super voix et qui a écrit un très beau texte et c’est un titre qui sera sur l’album. Bref, ce sera un album qui sera assez riche en style musical, mais ça restera très electro, très techno avec de l’instrumental aussi car je suis un musicien, donc c’est normal pour moi de produire de la musique plutôt que des chansons. Donc les titres où il y a du vocal dessus sont souvent des titres qui ne sont pas construits comme des chansons, mais qui sont des titres de producteur. C’est ce que je voulais réussir à arriver à avoir : une balance entre les titres de DJ’s et des titres qu’on peut écouter à la radio. Ce qui est très compliqué au final. Et puis j’ai fait que des choses que j’aime dans cet album, donc voilà 🙂 : très bientôt disponible !

Qu’écoutes-tu en ce moment ? Des albums à nous conseiller ?

J’écoute beaucoup l’album de Hans Zimmer de la B.O de Interstellar. J’ai adoré le film aussi mais je trouve que ça fait longtemps que Hans n’avait pas écrit un thème aussi fort, et puis j’aime bien pour être très franc, quand je sors du studio, écouter autre chose que de l’electro ou de la techno car quand tu a fais 19 heures de mix dans la journée et qu’il te reste que 5 heures : 4 pour dormir et  1 heure pour t’alimenter et te laver, t’écoute pas beaucoup de musique à vrai dire ! (rires) . C’est pas un album très récent mais c’est un album que je prends beaucoup de plaisir à écouter.

Tu as des festivals prévus d’ici l’été ? Tu peux nous dire lesquels ? (on n’est pas obligé de tout dire)

Là dessus, je vous renvoie sur mon agenda qui est sur facebook ou Joachimgarraud.com car toutes les dates de l’été sont notées. Là on est en train de les mettre à jour ! Effectivement je vais faire une belle tournée, France-Europe-Asie aussi durant l’été pour -entre autres- présenter les nouveaux titres de mon album. Donc j’espère que vous viendrez me voir sur les dates en France où vous êtes en vacances.

Merci beaucoup Joachim d’avoir pris le temps pour nous répondre, et bonne continuation des tes péripéties musicales 🙂

Merci beaucoup et à bientôt, Salut ! 🙂

joachim garraud interview


Pour en savoir plus sur cet artiste, nous vous invitons à aller sur son site officiel : Joachim Garraud

Articles de musique électro qui pourraient vous interesser