Fiesta des Suds 17/10/2014 - 🎧Monkey Place Music🎧

Fiesta des Suds 17/10/2014

Fiesta des Suds 17/10/2014
Fiesta des Suds 17/10/2014
5 (100%) 1 vote

dock

 

Hier soir, que de foule au Dock des Suds à Marseille! On s’est donc retrouvés tous ensemble pour le festival de la FIESTA DES SUDS! Une fête digne de faire venir la team de votre blog electro swing favori 🙂

Mais qu’est ce donc que celà? Ahah, bande d’incultes, ignorants, éplucheurs de patates…. Non, plus sérieusement : Pas tout le monde connait cette événement incontournable de la vie marseillaise. La Fiesta des Suds, c’est déjà 22 ans d’existence, de bonheur, de plaisir, de rencontres, de métissages, d’aficionados et d’artistes prestigieux laissant une trace indélébile sur l’histoire Phocéen.

Au fil des années, nous avons pu voir: Patti Smith (2004), Manu Le Malin (2004), Massalia Sound System (2007), Cassius (2007), Alain Bashung (2008), Gotan Project (2010), Wayne shorter (2010), Louis Bertignac (2011), Dionysos (2012), IAM (2013)… C’est devenu petit à petit, pierre après pierre, un incontournable pour tout fan de musique qui se respecte. Nous ne sommes pas marseillais si on a pas vécu une fois dans notre vie la Fiesta des Suds.

defense Finalement ce “Défense de Dormir” résume bien ce qu’est la Fiesta Des Suds. Durant toutes la nuit, les artistes s’enchainent sur les différentes scènes que compte les Docks des Suds. “Défense de Dormir” pour deux raisons:  la première est pour le plaisir des yeux, imaginez-vous un peu dans de vieux hangars réaménagés pour accueillir concerts et autres spectacles vivants, avec des lumières qui frappent les murs dans tous les sens, ces lights que vous prenez parfois en pleine tête et qui vous réveillent d’un coup quand l’heure de dormir se fait sentir. Et deuxièmement pour le plaisir, auditif! Et oui la Fiesta des Suds c’est d’abord ça à mon humble avis. Un pur plaisir des oreilles, rien de plus, rien de moins. Un partage énorme entre une foule en mouvement permanent et des artistes qui sont là et donnent tout ce qu’ils ont pour mettre en extase la plèbe présente. Cette masse de fans qui vous le rend si bien quand tous ce passe au mieux. Des hurlements, des cris, des rires, des sourires, des jumps collés serrés, on se croirait presque entrain de danser du Tango tellement c’est chaud !

La Fiesta c’est aussi sans l’oublier son line up plus que sympa. Dite vous bien que pour ma part ce n’était que ma première Fiesta Des Suds, je compte bien remettre ca l’année prochaine et pourquoi pas être présent tous les soirs. Je vais donc pas vous parlez des lines up des jours précèdents ou à venir car ce ne serait que pure hypothèse. Mais bien de celui du 17 octobre 2014, cette soirée passé au plus proche de la foules. Une soirée que je ne suis pas près d’oublier tellement celà ma plus. Entre des show lights phénoménale, des ingénieurs du son qui ont permis d’avoir un son quasi pure et qui permettais d’entendre chaque hauteur de note, des groupes qui ont pris plaisir à être présent sur scène durant cette soirée.fiesta

Cette soirée s’est vue rythmée par différents groupes ou Dj’s. Et oui car la fiesta faut pas croire qu’il n’y a que des hurluberlus à barbe et cheveux longs  en train de battre la mesure avec la tête, une bière à la main et un joint dans l’autre.

La Fiesta a ce côté qui rassemble toutes les catégories sociales de la ville, tous les milieux musicaux, tous les styles vestimentaires, toutes les opinions politiques et autres. Que l’on soit Dj, rockeur, punk, rappeur, raggaeman… On s’y retrouve tous et surtout chacun y trouve son compte. Entre rock, pop, reggae, electro jazz, jazz, blues… Enfin bref j’en passe, mais faut vraiment comprendre que ce festival est un point névralgique de la vie marseillaise et c’est peut-être un des atouts de la ville pour faire comprendre à tous  et à chacun comment ce multiculturalisme fonctionne à Marseille.

Et si je passais un peu au line up de cette soirée. Donc, quoi vous dire à part que c’était encore de très bon, voir d’excellents artistes qui se sont enchaînés les uns derrière les autres.

Commençons tous d’abord par SELAH SUE, cette petite Belge, chanteuse, compositrice, nous à fait part de son groove avec un mélange de néo soul et reggae durant un peu plus d’une heure sur la grande scène. Une foule calme mais attentive la regardait bouger au rythme des riffs de son guitariste. Derrière on a vu les mecs du matériel tout débarrasser et commencer à installer toute la scène pour nos chèrs Deluxe.

fiesta2

Encore une fois, ces fous de la musique  nous on transporté là ou bon leurs semblait. Les solos de Pépé au saxe, enchaînés par les solos de guitare, de batterie, enfin bref, moi qui les ai vues plus d’une fois, je peux vous affirmer que c’était du grand, du très grand DELUXE. La surprise de cette fiesta des suds c’est la présence à leur côté de Youthstar ainsi que des deux rappeur de A State of Mind (ASM). La Liliboy c’est une nouvelle fois déchaînée sur scène en jouant avec les rappeurs . Lumière, foules, son, tout était réglé au millimètre pour que la soirée soit plus que magnifique. Le groupe dans sa bonne humeur qui est leur marque de fabrique lors des rencontres FAN/GROUPE a transmis son énergie et cette bonne humeur durant toute l’heure qu’a duré cette prestation. Le seul petit bémol si l’on peut dire au vu de la performance qu’ils nous ont livré, est le fait qu’ils n’ont pas joué leur célébrissime SUPERMAN.

C’est bien le sourire au lèvres et le corps en ébullition que le concert s’est terminé dans un salut général du groupe, digne des plus grands ténors de la comédie française après une représentation du “Tartuffe” de Molière. Acclamé par la foule,  le groupe s’en est allé pour laisser place à leur mentor: LES CHINESE MAN.

 

Après donc la prestation des Chinese Man que je ne permettrais pas de juger étant donné que ce fût pour moi la première fois, que je pus les voir  en live. Je me suis un peux balader pour y découvrir d’autres cultures. Et oui la Fiesta sert également de salle d’exposition pour beaucoup d’artistes de notre région et d’ailleurs. On a pu y retrouver des expos de Célio Silva & Ney, de Pays Basque, de Joan Ceccaldi, de le Bijoutier ainsi que de Emmanuelle de Rosa et Didier Gianella.

A GUETTOBLASTER A TRIBUTE TO THE OLD SCHOOL par Le Bijoutier

A GUETTOBLASTER A TRIBUTE TO THE OLD SCHOOL par Le Bijoutier

 

LE DISTRIBUTEUR DE LETTRE D'AMOUR par Emmanuelle de Rosa et Didier Gianella

LE DISTRIBUTEUR DE LETTRE D’AMOUR par Emmanuelle de Rosa et Didier Gianella

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vais finir par cette oeuvre de Joan Ceccaldi, qui pour moi résume bien ce qu’est Marseille que l’on y soit né ou non, que l’on y est vécu ou non, que l’on y habite encore ou non, que l’on est adopté cette ville ou non, ou tout simplement que l’on aime ce qu’est cette ville:

MARSEILLE OAÏ OF LIFE

(Oaï en jargon du sud signifie : “bordel”)

MARSEILLE OAÏ OF LIFE par Joan Ceccaldi

MARSEILLE OAÏ OF LIFE par Joan Ceccaldi

 

Articles de musique électro qui pourraient vous interesser