La Mémoire de mon grenier #3 : David Bowie - Heroes - 🎧Monkey Place Music🎧

La Mémoire de mon grenier #3 : David Bowie – Heroes

La Mémoire de mon grenier #3 : David Bowie – Heroes
La Mémoire de mon grenier #3 : David Bowie – Heroes
5 (100%) 1 vote

David BowieAllez aujourd’hui, avec un petit peu de retard, nous retournons ensemble dans le grenier Monkey Place Music. Après Nevermind de Nirvana, cette fois on s’intéresse à un grand artiste qui est aussi doué que mystérieux.

Donc flashback, WELCOME en 77, c’est durant cette année que le Rubik’s Cube est inventé, Wonder Woman apparaît sur le petit écran sous la forme d’une série, c’est aussi la parution de The Shining de Stephen King, « le roi » du football Pelé dit adieu au football professionnel et notre Jacquo devient Maire de Paris (entendeur Jacques Chirac), mais c’est également durant cette année que Charlie Japplin décède. Et le WALL OF SHAME est toujours présent à Berlin.

Sinon en musique on a quoi? La première édition du printemps de Bourges, on perd également le King (Elvis Presley), Francis Cabrel nous sort son premier album intitulé « Les Murs de poussière« , Gerard Way le chanteur du groupe My Chemical Romance née à Summit dans le New Jersey (USA) et c’est aussi cette année là que Bob Marley avec The Wailers nous sort un des album les plus connus : Exodus.

David BowieSinon chez nos amis Britanniques, nous avons un certain David Bowie, enfin je fais comme si personne ne le connaissait mais le David ça fait déjà un moment qu’on entend parler de lui. Donc Bowie nous sort un des albums que je préfère : « Heroes« . Ce deuxième opus de la trilogie Berlinoise, remet Bowie dans le monde réel, finis la cocke et autres drogues, il vient de jouer du clavier pour Iggy Pop durant sa tournée, et vit maintenant à Berlin-Ouest.

Quand on prend le vinyle de Heroes, on ne peut pas rater cette photo noir & blanc, quia plus l’air d’une photo sortie d’une pièce de théâtre qu’autre chose.

Chaque titre, à l’univers sombre, montre que ce deuxième opus rend sa sublime décadence à la trilogie.

Cet album ne traite que de Berlin et de rien d’autre. Bowie nous peint un Berlin à deux visages, du tréfonds des club berlinois et de se qui sont là, la tête à l’envers et le regard vide emplit de C, jusqu’au quartier morne des immigrants Turcs à Neuköln.

L’album s’ouvre sur une musique au doux titre de: Beauty & The Beast. Au niveau compréhension, autant vous dire que c’est assez complexe parce que les paroles ne disent pas grand choses sur comment appréhender ce texte. Et pourtant, j’en viens à me demander si Bowie n’a pas voulu nous faire comprendre qu’on a tous deux facettes dans une même entité. Mais il ne faut pas aussi oublier que nous sommes est en pleine séparation de Berlin, entre les Américains à l’Est et l’Armée Rouge à l’Ouest alors est-ce peut-être une façon de voir Berlin?

David Bowie

Ensuite pour moi autre titre notable et qui prend beaucoup de sens, est le mondialement connu: Heroes.

Mais de quoi il nous parle encore? Encore une fois c’est du David Bowie tout craché, impossible de voir le sens premier à la première écoute.

Cette fois quand on l’écoute un peu plus attentivement, on s’aperçoit qu’il nous conte une romance éphémère entre deux amants. Cette romance ne peut durer qu’une journée : « Je serais le roi, et, tu sera la reine, que rien ne les fera partir, nous pouvons les battre, juste pour un jour ». Mais n’oublions pas le contexte politique de Berlin à cette période, LE MUR, ce mur de la honte qui sépara tant de familles. Et oui on le retrouve ici dans un des couplets qui me touche le plus personnellement et qui montre au final ce qu’était cette vie berlinoise en 77: « Je peux me rappeler debout face au mur. Et les armes tirent au dessus de ma tête et on s’embrassait, comme si rien ne pouvait tomber et la honte était de l’autre coté. Oh nous pouvons les battre, encore et toujours. Alors Nous pouvons être des héros juste pour un jour. ». N’est ce pas bien dit, et un sublime et funeste tableau de se Berlin de l’époque?

Puis on passe sur Blackout que je trouve pour ma part très psyché, au niveau des paroles j’ai beucoup de mal à les saisir. Mais ça reste du Bowie comme je vous le répète. Chaque note, chaque phrase a une signification bien précise, surtout dans cet album qui je vous le rappelle vous met dans une sublime décadence.

David Bowie

 


Pour découvrir davantage l’univers de cet artiste mythique :

-Son site officiel : David Bowie

-Sa page facebook : https://www.facebook.com/davidbowie