[Interview] Quentin Mosimann se livre - 🎧Monkey Place Music🎧

[Interview] Quentin Mosimann se livre

[Interview] Quentin Mosimann se livre
[Interview] Quentin Mosimann se livre
5 (100%) 1 vote

Quentin Mosimann interviewOn vous annonçait du lourd, on ne vous a pas menti ! Monkey Place Music vous propose cette fois une interview d’un des plus grand DJ’s français : Quentin Mosimann. Il a eu l’amabilité et la gentillesse de bien vouloir nous accorder un peu de son (rare) temps disponible pour répondre à nos questions.
Bonjour Quentin, pour les martiens qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter brièvement à nos lecteurs ?
C’est toujours délicat de se présenter ! Je te laisse le faire 🙂

Quentin Mosimann, DJ-producteur franco-suisse, a commencé à mixer à l’âge de 15 ans en instaurant un concept de « DJ qui chante » qui lui a valu d’intégrer la Staracademy qu’il a remportée en 2008. Suite à 2 disques d’or pour son premier album en 2009 et 2 tournées, il a décidé de se consacrer uniquement à sa carrière de DJ-producteur plus underground, et continué de tourner dans les clubs et festivals du monde. Il a figuré 3 années consécutives depuis 2011 dans le Top100 des meilleurs DJs mondiaux (DJ Mag), a été élu Meilleur DJ Français de l’année (Fun Radio European DJ Awards), et représente l’émission Party Fun sur Fun Radio tous les samedis soir depuis bientôt deux ans.

Tu as fait deux premiers albums qui mélangeaient plusieurs genres musicaux, à quel moment s’est faite la bascule sur de la pure electro ?
En effet, mon premier album était un double album électro/jazz et le second électro-pop. C’était une vraie envie, mes idées, malgré quelques contraintes de quota français imposées par la maison de disque… Et puis après le second album et ma tournée sur scène, lors de la clôture à l’Olympia 2 soirs de suite, j’ai eu le déclic, j’ai décidé que je ne voulais plus mentir aux gens. Ma place n’était pas là, je ne prenais plus de plaisir à chanter des chansons en laissant ma passion de DJ au second plan, j’étais habité par autre chose. J’ai réuni toutes mes équipes, la maison de disque juste après l’Olympia, et je leur ai annoncé que désormais je voulais faire la musique que j’aimais, tout simplement.

Tu as de solides bases instrumentales et en chant, est-ce que ça t’a aidé dans ta vision de l’electro et dans la réalisation de tes morceaux ?
Absolument! Je n’ai pas fait de solfège, j’ai appris la batterie à 5 ans et le piano juste après. Je me suis mis tout seul sur les logiciels de production. Je crois que c’est la meilleure école ! Ces bases m’ont orienté dans des choix de sons percu ou des mélodies marquées, ça me permet aussi de composer pour d’autres artistes dans des styles tout à fait différents. La musique est universelle.

quentin mosimann dj

Tu es passé d’un univers ultra-médiatique à un autre plus « underground » dans lequel tu es maintenant reconnu. Est-ce que ton implantation dans le monde des DJ’s n’a pas été trop compliquée à cause de cette étiquette de ‘chanteur tv’ ?
Ça a été compliqué, vous vous en doutez, les étiquettes et cases sont un principe franco-français… Mais en même temps ça m’a sur-motivé. Ça m’a donné la force de me battre, de toujours aller plus loin, de donner le meilleur, et d’avoir l’excitation de surprendre. D’où le nom de mon label et marque de fringues « Change Your Mind ». Vous imaginez, un gagnant de la Starac qui se retrouve dans le Top100 DJ Mag ?! Sur Fun Radio tous les samedis soirs ?! Je pense que si tu es un vrai artiste, passionné et convaincu de ta musique, tu parviens à réaliser tes rêves peu importe les étiquettes. Ca a été un travail de longue haleine, et il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais je ne lâche rien et j’aime ce que je fais, il n’y a pas de secret.

Tes derniers morceaux excluent des covers vocales que tu faisais dessus, c’est quelque chose que tu as acté ou tu n’exclues pas d’y revenir ?
Rien n’est exclu :). J’adore proposer des covers de mes coups de cœur comme j’ai pu faire pour « Get Loose » de Showtek vs Noisecontrollers ou « Heart upon my sleeve » d’Avicii, d’autres arrivent bientôt sur mon channel Youtube. Sur mes propres titres, j’ai des tracks plus accessibles qui vont voir le jour avec la voix de chanteurs incroyables, je tenais à me placer en tant que producteur pour éviter les amalgames, et travailler avec des supers talents a été enrichissant, la musique c’est avant tout du partage. Mais la création va au gré de l’inspiration, il est tout à fait possible que des tracks sortent avec ma voix dans le futur, j’aime toujours chanter !

Dans la pratique, comment s’organisent tes journées ?
Çadépend du planning qui est super chargé, mais si on part sur une journée sans déplacement ni rendez-vous, je me lève tôt pour faire des mails et prendre un bon petit déjeuner, je fais une sieste, une partie d’ « Assassin’s Creed », et je file au studio jusqu’à très très tard dans la nuit : prod, podcast, programmation Party Fun, compo, écriture…

Des projets futurs ou à venir ?(si des dates, on est preneurs)
Toujours plein de projets ! ‘Red sole’ est sorti sur la compilation DJ Mag France en exclu mais ça arrive sur mon label « Change Your Mind records », un track qui s’appelle ‘Jetlag’ arrive aussi, un remix officiel pour le nouveau single de Bob Sinclar ‘Feel the vibe’, des titres plus accessibles aussi… Plein de dates en clubs et festivals prévus cette année un peu partout, tout est sur www.quentinmosimann.com ou ma page Facebook ! Pour vous du côté de Lyon, il y a le Titan le 11 avril – CYM Tour Drums show, je compte sur vous !

 

Quel est ton rêve ultime ?
J’ai beaucoup de rêves… Je viens d’en réaliser un qui a été de remixer David Guetta mais j’en ai plein d’autres en tête ! Avant tout, mon rêve ultime est de pouvoir faire ce métier encore pour les 20 prochaines années…

Allez, pour finir sur notre sujet de prédilection : l’electro, quels sont les artistes que tu affectionnes particulièrement ?
Je suis un peu un geek, je regarde et j’écoute tout ce qui sort chaque jour. En ce moment, j’adore ce que fait Kryder mais je suis aussi des artistes deep-house comme Efix, Hugel ou Worakls. J’ai craqué sur le nouveau track d’Oliver Heldens, ‘Melody’ !

Merci Beaucoup Quentin !
Merci à vous et House Bless You les amis !


 

Pour en savoir plus sur l’univers de Quentin Mosimann :

-Son site officiel : Quentin Mosimann

-Son profil Facebook: https://fr-fr.facebook.com/QuentinMosimannOfficial

Articles de musique électro qui pourraient vous interesser